TURQUIE : Le consortium franco-japonais GDF Suez et Mitsubishi décroche un contrat

Turquie

La Turquie a accordé à un consortium franco- japonais  GDF Suez et Mitsubishi la construction de sa seconde centrale nucléaire, un contrat de plus de 15 milliards d’euros marquant ainsi la relance du marché du nucléaire civil gelé depuis la catastrophe de Fukushima de 2011. Le groupement industriel gagnant rassemble Mitsubishi Heavy Industries -MHI-, son compatriote Itochu et l’énergéticien français GDF-Suez, auxquels devrait se joindre une entreprise de Turquie.  Le puissant groupe français AREVA fournira avec MHI les 4 réacteurs de moyenne puissance de 1.100 mégawatts Atmea-1 qui équiperont la centrale, développés par leur coentreprise. Gérard Mestrallet président directeur général de GDF Suez a déclaré « Quand je vois le premier ministre japonais rendre visite à son homologue turc M. Erdogan, cela donne une perspective favorable », au consortium Mitsubishi, et en soulignant que « c’est aux autorités turques et à elles seules de donner la réponse ». Interrogé sur le rôle de GDF Suez dans cette offre, il a souligné que son groupe était le seul exploitant nucléaire du consortium dirigé par Mitsubishi, et que dans l’hypothèse ou le groupement serait retenu, il opérerait la centrale en partenariat avec un ou des électriciens turcs. Le calendrier du projet prévoit le démarrage des travaux de construction sur le site de Sinop, au bord de la mer Noire, en 2017, pour une mise en service des quatre tranches étalée entre 2023-2024 et 2028. Pour soutenir sa forte croissance économique, la Turquie veut se doter de 3 centrales nucléaires d’ici à 5 ans pour réduire sa dépendance vis-à-vis de ses importations de pétrole et de gaz, en forte croissance, notamment de Russie et d’Iran. Ankara a déjà signé un accord en 2010 avec la Russie pour en construire une première à Akkuyu, dans le sud du pays. La coopération nucléaire entre la France et la Turquie a été officiellement relancée en janvier 2013 mais les relations économiques franco-turques restent compliquées en raison des crises diplomatiques entre les deux pays, notamment à cause du vote de lois françaises reconnaissant le génocide arménien ou réprimant sa négation. Si un tel accord bénéficiant à Areva et GDF-Suez se concrétise, il serait l’un des rares grands contrats d’état attribués ces dernières années par Ankara à des entreprises françaises.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :