ALGÉRIE : Le projet de loi sur l’audiovisuel critiqué par l’opposition

Algerie

Abdelkader Messahel, ministre de la communication de la république d’Algérie  en présentant le texte sur la loi de l’audiovisuel avait déclaré qu’il entrait dans le cadre des promesses de plus grande démocratie faites dans son discours d’avril 2011 par  Abdelaziz Bouteflika président de la république. Cette intervention faisait suite au printemps arabes ainsi qu’aux sanglantes émeutes de janvier 2011 et de multiples manifestation en Algérie durant des semaines et des mois.La nouvelle loi sur l’audiovisuel en Algérie présentée mardi 7 janvier 2014 aux députés, destinée à mettre un terme au monopole d’état, a été fortement critiquée par l’opposition reprochant d’imposer aux futures chaînes de télévision privées d’être thématiques, et de limiter leurs émissions d’information. Pour sa part Lakhdar Ben Khellaf député du front de la justice et du développement -islamiste- a déclaré « Cette loi ne répond pas aux exigences de notre époque. Le gouvernement a clairement exprimé son intention d’aller vers la limitation et la mise sous tutelle d’un secteur qui n’existe même pas »en ajoutant « Le pouvoir s’est arrogé le droit de suspendre une chaîne de télévision grâce à une très longue liste d’interdits contenus dans cette loi. C’est une loi qui traduit la volonté du pouvoir de conserver le monopole dans ce domaine ». Pour mémoire cela fait 52 années que l’audiovisuel est sous le monopole de l’état. Les débats ont porté sur l’article 17, faisant obligation aux nouvelles chaînes de télévision à diffuser des programmes spécialisés pour un public ciblé. L’article 17 limite notamment la durée des émissions d’informations, qui sera fixée dans le texte d’attribution de la licence pour les nouvelles chaînes. La loi doit être votée le 20 janvier 2014 par les députés puis présentée au conseil de la nation c’est à dire le Sénat, avant d’être signée par le président de la république. L’Algérie compte à ce jour 5 chaînes de télévision, 7 radios nationales et 48 radios locales, toutes publiques.Depuis le printemps arabe ce sont plus de 10 chaines de télévisons privées algériennes qui sont nées mais elles diffusent leurs programmes depuis l’étranger mais disposant de studios et d’équipes en Algérie. La nouvelle loi mettra un terme à 52 années de monopole étatique sur l’audiovisuel, bien que la liberté de la presse ait été accordée dans les années 1990.

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :