ALGÉRIE : Des zones contaminées par des essais nucléaires français

Algerie

Suite à une déclassification en 2013 une carte de l’armée française de 1960, permet de découvrir  des retombées radioactives du premier essai nucléaire français dans le Sahara de l’Algérie nettement plus importants que ceux admis à l’époque, s’étendant à toute sur toute l’Afrique l’ouest et au sud de l’Europe. Cette carte montre que, jusqu’au 13e jour suivant l’explosion aérienne, le 13 février 1960, de Gerboise Bleue, la première bombe française, les retombées radioactives se sont étendues à toute l’Afrique de l’ouest, au sud-est jusqu’à la république centrafricaine, ainsi qu’au nord, sur la côte de l’Espagne et de la Sicile. Les militaires reconnaissent qu’à certains endroits les normes de sécurité ont été largement dépassées : à Arak, près de Tamanrasset, où l’eau a été fortement contaminée, mais également a N’Djamena capitale du Tchad. La carte du zonage des retombées montre que certains radioéléments éjectés par les explosions aériennes, comme l’iode 131 ou le césium 137, ont pu être inhalés par les populations malgré leur dilution dans l’atmosphère, souligne Bruno Barillot, un spécialiste des essais nucléaires. Cette carte classée secret-défense par l’armée française durant des décennies à été déclassifiée le 4 avril 2013 dans le cadre de l’enquête pénale déclenchée par les vétérans des campagnes d’essais nucléaires français. Affaire à suivre

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :