ALGERIE : Un nouveau PDG pour Sonatrach

Algerie

Abdelhamid Zerguine a été limogé samedi 26 juillet 2014  par le président de la république d’Algérie, Abdelaziz Bouteflika, après moins de 3 années à la tête de la puissante société publique d’hydrocarbures. Youssef Yousfi ministre de l’énergie avait demandé la démission du patron de Sonatrach. Saïd Sahnoun, nouveau président directeur général a pris ses fonctions dimanche 27 juillet 2014. Ancien vice-président du groupe en charge de l’exploration, il n’a cependant été désigné qu’à titre intérimaire. Des rumeurs circulaient depuis janvier 2013  sur le limogeage d’Abedelhamid Zerguine, après la prise d’otage massive dans son site de production de gaz de Tiguentourine, dans le sud de l’Algérie. La prise d’otage a provoqué un arrêt momentané de la production dans l’usine d’une capacité de 9 milliards de m3 de gaz par an, et l’activité n’a toujours pas repris à plein régime. Avec des revenus annuels de 60 milliards de dollars, la Sonatrach assure 60% du budget de l’état et 97% des recettes externes de l’Algérie, pays de 38 millions d’habitants à l’économie très peu diversifiée. Le groupe a engrangé des recettes de près de 700 milliards de dollars depuis l’arrivée au pouvoir du président Bouteflika en 1999. Mais il a été secoué ces dernières années par une série de scandales financiers instruits en Algérie et à l’étranger, en particulier en Italie. Ces scandales ont éclaté en janvier 2010 à la suite du limogeage de Mohamed Meziane après 7 années à la tête de la société. En décembre 2011, il a été condamné en appel  2 années de prison dont une année ferme pour malversations. Plusieurs autres anciens dirigeants du groupe pétrolier ont été condamnés dans cette affaire, dont son vice-président Abdelahfidh Feghouli, qui avait été remplacé par Hocine Cherouati en mai 2010, à son tour limogé en novembre 2011 et remplacé par M. Zerguine. Cette série de scandales a conduit en 2010 au départ du gouvernement du ministre de l’énergie, Chakib Khelil, qui a occupé cette fonction durant 10 années.  La justice algérienne a lancé en août 2013 un mandat d’arrêt international contre l’ancien ministre Chakib Khelil pour une affaire touchant des marchés accordés par Sonatrach à des firmes étrangères et en particulier à Saipem, filiale du géant italien ENI. Le parquet de Milan a ouvert une enquête sur ce dossier. Sonatrach, 3e fournisseur de gaz de l’Europe derrière ses concurrents de Russie et de Norvège, prévoit d’investir environ 100 milliards de dollars d’ici 2018 pour augmenter ses capacités de production et d’exportation. Elle produit à ce jour 80 mds de m3 par année, à la lecture des chiffres officiels. L’Algérie ambitionne de doubler cette production d’ici 2025 avait déclaré  en janvier 2014 le ministre Youssef Yousfi.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :