BRESIL : Le canditat à l’élection présidentielle Eduardo Campos décède dans un crash d’avion

Bresil

La campagne pour l’élection présidentielle d’octobre 2014 qui se déroulera au Brésil a été brutalement endeuillée mercredi 13 août 2014 par la mort dans un accident d’avion du candidat socialiste Eduardo Campos, qui pourrait être remplacé dans la course par une candidate de poids face à l’actuelle présidente Dilma Rousseff. Le candidat, troisième dans les intentions de vote, a trouvé la mort dans le crash de son jet de campagne dans une zone résidentielle de Santos, ville de l’état de  Paulo. La présidente de gauche Dilma Rousseff, âgée de 66 ans, briguant la réélection, a décrété un deuil national de 3  jours et  suspendu sa campagne pour la même durée. « Tout le Brésil est en deuil, nous avons perdu un grand brésilien, Eduardo Campos, nous avons perdu un grand compagnon », a-t-elle déclaré dans un communiqué.  Eduardo Campos, âgé de 49 ans  et père de 5 enfants  était à bord d’un Cessna 560XL où se trouvaient 7 personnes soit 5 passagers et  2 pilotes et  toutes décédées. 3e  dans les sondages derrière Dilma Rousseff, du parti des travailleurs, et le social-démocrate Aecio Neves, il était candidat à l’élection du 5 octobre 2014 , pour le parti socialiste brésilien -PSB-, avec l’écologiste Marina Silva comme vice-présidente. Cette dernière n’était pas à bord de l’avion, qui allait de Rio de Janeiro à Guaruja, près de Santos. Si elle est désignée candidate par le PSB, elle pourrait se révéler une adversaire plus compliquée pour Dilma Rousseff : populaire, cette ancienne ministre de l’environnement était arrivée 3e lors des présidentielles de 2010 avec 19 % des suffrages, sous l’étiquette des Verts. Le dernier sondage Ibope, dévoilé le 22 juillet 2014, donnait Dilma Rousseff en tête avec 38 % des intentions de vote, Aecio Neves 22 % et Eduardo Campos 8 %. Diplômé en économie, Eduardo Campos, populaire ancien gouverneur de l’état du Pernambouc 2007-2014, se présentait comme une alternative aux deux partis gouvernant le Brésil depuis 20 ans, le parti de la social-démocratie -PSDB- et le PT. « Nous avons perdu Campos quand le Brésil avait le plus besoin de son patriotisme, de sa compétence », a déploré le PSB. Triste coïncidence : Eduardo Campos est décédé le même jour que son célèbre grand-père en 2004, Miguel Arraes âgé de 88 ans, l’un des grands hommes politiques de gauche du Nord-Est. « Le Brésil perd l’un de ses hommes politiques les plus talentueux, qui a toujours lutté pour ses idéaux. La perte est irréparable, incompréhensible », a réagi son adversaire politique Aecio Neves, 53 ans.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :