AZERBAIDJAN : Le projet du gazoduc Nabucco enterré

Azerbaidjan

Le projet Nabucco n’est plus à l’ordre du jour et sa réanimation semble impossible suite à la crise qui a débuté place Madain à Kiev en Ukraine à l’autonome 2013. La république indépendante de l’Azerbaïdjan a réagi aux récentes affirmations de la presse occidentale d’après lesquelles l’amélioration des relations entre les Etats-Unis et la république islamique d’Iran pourrait remettre ce sujet à l’ordre du jour. Ali Majedi, vice ministre du pétrole de l’Iran a provoqué une agitation en déclarant que Téhéran était prêt à assurer des fournitures de gaz aux pays de l’Union européenne. D’après  Ilkham Chaban, directeur du centre de recherches pétrolières de l’Azerbaïdjan, les conclusions des médias occidentaux concernant ce dossier sont non fondées ne soulignant que Bakou, capitale de l’Azerbaïdjan a décrété de reformater ce projet en gazoduc transanatolien -TANAP-. Le gazoduc Nabucco était prévu pour fournir du gaz en Europe en contournant la Russie via l’Azerbaïdjan, l’Irak et le Turkménistan. Ce projet était évalué entre  6 et 8 milliards de dollars, mais ce montant a été multiplié par deux. Concernant  la capacité du gazoduc, elle était prévue à hauteur de 30-31 milliards de mètres cubes de gaz par année. Les travaux sur le projet ont débuté au début des années 2000 et ont été immédiatement confrontés à d’immenses difficultés. A la fin de l’année 2013, le projet a été clos faute de rentabilité. Les actionnaires du gisement Shah Deniz ont opté pour le projet de gazoduc transadriatique -TAP- pour acheminer le gaz d’Azerbaïdjan via la Grèce en Italie, puis en Europe. Soulignons que Bakou a convenu avec Ankara capitales de la Turquie de construire le gazoduc transanatolien. L’ensemble de ces projets ont été conçus par Bakou pour exporter son gaz sur les marchés de l’Union européenne. Normalement d’ici  l’année 2018 les pays d’Europe du Sud recevront du gaz venant de Shah Deniz.  Toujours d’après Ilkham Chaban, le gaz azerbaïdjanais ne fera pas concurrence à la Russie sur le marché de l’Union européenne. « Nous ne pouvons satisfaire que 3-4% des besoins de l’Union européenne en gaz. La république indépendante du Turkménistan pourrait fournir davantage de gaz mais à ne pas omettre que le Turkménistan est axé vers le marché asiatique. Tous ces facteurs indiquent qu’il sera très difficile pour l’Union européenne de sortir de la dépendance de la Russie d’ici 2020« .

Publicités

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :