FRANCE : Le MUCEM à Marseille abritera à partir du 20 janvier 2016 « l’Algérie sous un autre angle »

22 décembre 2015

Algerie

Le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – MUCEM-abritera du 20 janvier 2016 au 2 mai 2016 l’exposition Made In Algeria, Généalogie d’un territoire. Des tableaux, des dessins, des photos, mais également  des cartes dans un ensemble commun pour évoquer la représentation du territoire de l’Algérie par un regard et une politique vue de l’extérieur. Peintres, scientifiques, chercheurs et cartographes, tous ont, ensemble, participé à une oeuvre commune : l’imaginaire du territoire de l’Algérie. Dans l’invasion progressive des troupes françaises au cœur d’un territoire inconnu, les artisans de l’image forgent, à partir des normes de leur pays, une identité additionnelle, celles que l’on a essayé, en vain, d’imposer à l’Algérie. L’exposition défilera au rythme de l’avancée des artistes et cartographes en Algérie, dans un ordre chronologique donc, qui développe précisément la façon dont les français ont peu à peu découvert et pris possession d’un territoire paradoxalement peu exploré. Plus qu’une appropriation et  qu’une colonisation, il s’agit là d’une fabrication systématique : on définit les espaces, les frontières, on leur donne un nom, on s’y installe, tout est fondé en partant du principe qu’il n’y avait rien. Les cartes, les espaces vides, blancs, aux allures de désert, se remplissent petit à petit comme si, avant, il n’y avait rien ni personne En 1830, les Français débarquent à Sidi Ferruch, uniquement intéressés par le littorale et connaissent peu le reste du territoire. S’ensuit la conquête d’Alger, et, progressivement, au fur et à mesure de l’avancée de l’Armée d’Afrique, celle du territoire algérien et la création d’une imagerie, d’une cartographie, bref, d’une vision nouvelle d’un endroit inconnu. On renomme les lieux, on définit des frontières pour finalement créer une annexe, une expansion de la France elle-même.Divisée en 4 parties, l’exposition couvrira l’ensemble de la présence française en Algérie, de ses débuts pendant la Renaissance , à certaines œuvres d’art contemporain algérien en passant, surtout, par cette invasion française et la colonisation fulgurante du XIXe siècle. Pour la première fois, l’Algérie sera présentée sous un autre jour : celui d’une identité forgée pendant plus d’un siècle par l’autre, dans un processus d’appropriation et d’assimilation qui n’a jamais abouti : celui d’une Algérie contemporaine qu’il faut comprendre par rapport à son histoire profonde sans la réduire à une guerre dont on semble ne pas pouvoir la dissocier.


ALGERIE : 1ere place au Maghreb en matière de développement humain

21 décembre 2015

Algerie

L’Algérie occupe la meilleure place au Maghreb en matière  de développement humain, a indiqué un rapport mondial de développement durable  publié récemment.   D’après le rapport, l’Algérie poursuit sa progression en matière de développement  humain en affichant des scores « de plus en plus robustes », souligne le rapport  mondial de développement durable -RMDH- Le rapport stipule que l’Algérie améliore son classement, puisqu’elle  passe de la 93e place rapport de 2014 à la 83e place cette année, ce qui  lui permet de préserver et surtout consolider son rang au sein du groupe de  pays dits « à développement humain élevé ». Le rapport mondial indique que la bonne performance de l’Algérie s’est  accomplie grâce aux efforts effectués, comme le montre l’analyse des facteurs  ayant produit ce saut qualitatif atteint en particulier sur deux volets. En  premier lieu, celui des revenus qui, avec un RNB/per capita de 13.054 dollars  exprimé en « parité pouvoir d’achat » -PPA-, aurait placé l’Algérie à la 60e  place au niveau mondial.  Le second volet « santé » qui, avec une espérance de vie de 74,8 ans,  place l’Algérie au 72e rang dans le monde, alors qu’au chapitre « éducation »,  a durée attendue de scolarisation place l’Algérie au 56e rang mondial. Il convient de mentionner par ailleurs, que l’Algérie se détache très  nettement des autres pays du Maghreb, en l’occurrence la Tunisie qui se maintient  à la 96e place, l’Egypte et le Maroc qui occupent respectivement les 108e et  126e. Par classement, la Tunisie se maintient difficilement dans le groupe  de pays « à développement humain élevé » à la 96e place, de la même façon que la  Libye  à la  94e place qui a, pour sa part, marqué un recul de 11 places. L’Egypte et le Maroc se situent, quant à eux, dans le groupe des pays  à IDH Moyen respectivement à la 108e et 126e place. Au niveau mondial, l’Algérie maintient également sa progression avec  un rythme qui réduit de plus en plus l’écart qui la distance des deux premiers  agrégats régionaux les plus avancés (Europe, d’une part, et Asie centrale/Amérique  latine, d’autre part). Le Conseil national économique et social -CNES- procèdera au début de l’année 2016, à la publication de la nouvelle version  du rapport national de développement humain, un manifeste qui permettra  d’ouvrir un large débat avec l’ensemble des parties prenantes concernées par  ledit rapport.


EGYPTE : Le Caire achète 24 Rafale de Dassault à la France

13 février 2015

Egypte

La vente de 24 Rafale à la république arabe d’Égypte, entérinée rapidement  afin de répondre aux besoins urgents, tombe bien pour Dassault et la France qui décrochent leur premier contrat pour ce fleuron aéronautique « . Avec l’Égypte, ça s’est fait très rapidement », a indiqué François Hollande président de la république française « D’abord parce que l’Égypte voulait un avion de grande qualité » et « rapidement compte tenu des menaces qui existent autour de ce pays », en rappelant l’importance de la stabilité du Caire dans la région. Confrontée sur son flanc Est à des attaques de djihadistes liés au groupe état islamique -EI-, sur son flanc Ouest à la situation en Libye, Le Caire a besoin de disposer d’un avion de combat éprouvé. Le président Abdel Fattah al-Sissi a précisé à ses interlocuteurs français sa volonté d’aller vite. D’après le général Ahmed AbdelHalim, les forces armées de la république arabe d’Egypte  se doivent d’améliorer et diversifier leurs armements. Pour sa part Eric Trappier PDG de Dassault Aviation « Cette négociation a été très rapide, elle a débuté fin novembre 2014 ». Pour Dassault, cette première vente était très attendue afin d’assurer la cadence de la chaîne de production de l’appareil. Du côté de l’état français aussi, alors que le budget de la défense, qui comprend une longue liste de matériels à acquérir au profit des armées, est tendu et s’appuie sur la vente de l’appareil à l’exportation. L’avion, désormais éprouvé au combat, a fait ses preuves en opération, notamment en Libye en 2011, où il a été le premier à opérer au-dessus de Benghazi et de Tripoli, puis au Mali en 2013. A ce jour ce sont 9 Rafale qui sont engagés en Irak pour lutter contre l’EI. Eric Trappier pense que « cette vente à un grand pays arabe va faire boule de neige ». Parmi eux, le Qatar et les Émirats arabes unis, ou la Malaisie à plus long terme. Éric Trappier s’est  montré optimiste quant à la vente de 126 Rafale avec l’Inde, avec lequel Dassault est en négociations exclusives depuis 2012, mais dont la complexité retarde la conclusion. Le détail du contrat de 5,2 milliards d’euros avec l’Égypte n’a pas été dévoilé. Il comprend aussi une frégate FREMM fabriquée par le groupe naval DCNS et des missiles fabriqués par MBDA. La signature est prévue lundi 16 janvier 2015 au Caire en présence de Jean-Yves Le Drian ministre de la défense de la France, et les premières livraisons dès cette année, avec trois appareils prélevés sur les chaînes destinées à l’armée française, le reste étant prévu à partir de 2018.


MAROC : Mise en service de plusieurs tronçons d’autoroutes en 2015

5 janvier 2015

Maroc

L’année 2015 sera celle de l’ouverture de plusieurs sections d’autoroutes  de l’ordre de 1 800 km sur le territoire du royaume du Maroc. La société nationale des  autoroutes du Maroc – ADM – par le biais d’un communiqué précise « qu’une longueur de 143 km, l’autoroute El Jadida-Safi sera opérationnelle dès 2015. En septembre 2014  « l’état d’avancement des 4 tronçons composant l’ouvrage qui totalise une longueur de 143 km est supérieur à 40% ». L’autoroute Berrechid-Béni Mellal sera inaugurée aussi en 2015. Le tronçon reliant Khouribga à Beni Mellal a déjà été inauguré en mai 2014, alors que celui entre Khouribga et Berrechid, d’une longueur de 77 km, sera effectif en 2015. L’autoroute de contournement de Rabat capitale politique du Maroc devait être livrée en 2015, mais Anouar Benazouz directeur général de la société nationale des autoroutes du Maroc -ADM-, a reporté le délai à 2016. D’une longueur de 41 km, cette autoroute permettra le contournement de Rabat se rendre à Casablanca ou dans le sud du Maroc. Très attendu aussi le pont à Haubans de l’oued Bouregreg.


EGYPTE : Découverte de la tombe de la reine Khant Kaous III

4 janvier 2015

Egypte

Des archéologues tchèques ont découvert dans la république arabe d’Egypte la tombe d’une reine jusqu’alors inconnue, « Khant Kaous III », épouse d’un pharaon de la Ve dynastie qui régna il y a 4.500 ans, a déclaré dimanche 4 janvier 2015 le ministère des Antiquités de l’Egypte. « Pour la première fois, nous découvrons le nom de cette reine qui était jusqu’alors inconnue avant la découverte de sa tombe, » a indiqué par le biais d’un communiqué Mamdouh al-Damaty, ministre des Antiqués. C’est sur le site d’Abour-Sir  comptant plusieurs pyramides de pharaons de la Ve dynastie à l’époque de la Haute Egypte soit 2 500 ans avant J.C situé au sud-ouest du Caire capitale de la république arabe d’Egypte, qu’une tombe a été découverte. Le ministre Mamdouh al-Damaty a déclaré que cette découverte « va permettre de nous éclairer sur certains aspects inconnus de la Ve dynastie, qui avec la IVe dynastie a été témoin de la construction des premières pyramides ». La tombe daterait du milieu de la Ve dynastie soit 2494-2345 av.JC, d’après  le ministère. La tombe a été découverte sur le site du complexe funéraire de Néferefrê, pharaon de la Ve dynastie, a souligné Miroslav Barta – directeur de la mission archéologique tchèque, précisant que « cela laisse à penser que la reine était la femme de Néferefrê. » Les archéologues ont découvert des ustensiles de la vie quotidienne, 24 en calcaires et 4 en cuivre, ainsi que des inscriptions murales faites par les ouvriers de la tombe, comprenant le nom et les titres de la reine


MAROC : Décès accident du ministre d’état Abdellah Baha

8 décembre 2014

Maroc

Le ministre d’état Abdellah Baha, un des plus proches collaborateurs du chef du gouvernement du Maroc,  Abdelilah Benkirane, est décédé  dimanche 7 décembre 2014 en  soirée dans un accident, d’après un responsable du parti justice et développement -PJD, islamiste-, dont il était un des principaux dirigeants. « L’accident est survenu vers 18h à Bouznika. Il a été percuté par un train qu’il n’a pas vu au moment de traverser la voie », a déclaré le vice-secrétaire général du PJD, Slimane El Amrani, qui s’est rendu sur les lieux de l’accident, entre Rabat et Casablanca. D’après un communiqué de son parti, le choc s’est produit alors que le ministre d’état était sorti de son véhicule. Ce décès a été confirmé par le biais d’un communiqué distinct par le ministère de l’intérieur,mentionnant « un accident ferroviaire ». « La gendarmerie royale a ouvert immédiatement une enquête pour déterminer les circonstances exactes de l’accident ». Plusieurs ministres se sont rendus sur place, alors que les hommages ont rapidement afflué. D’après la page officielle du PJD sur Facebook, les obsèques se dérouleront mardi 9 décembre 2014 . Agé de 60 ans, Abdellah Baha était surnommé la « boîte noire » du PJD par les médias en raison de sa place stratégique au cœur du parti, sa connaissance des dossiers politiques et sa grande proximité avec Abdelilah Benkirane. Dirigeant historique de la formation islamiste, ce natif du Souss était à ce titre qualifié de « bras droit » du chef du gouvernement, dont il fut l’un des premiers compagnons de route, durant les décennies d’opposition.

Dans un récent entretien au site d’informations Media24, Benkirane racontait leur première invitation commune par Hassan II, au cours des dernières années du règne du père de l’actuel souverain, Mohammed VI. Abdellah Baha a notamment occupé le poste de secrétaire général adjoint du parti islamiste et a un temps dirigé le journal Attajdid, quotidien du Mouvement Unicité et Réforme (MUR), proche du PJD, dont il a également été membre du bureau exécutif.

Depuis 2002, il était représentant (député) de Rabat-Chellah, une des principales circonscriptions électorales de la capitale. Son parti, le PJD, dirige une coalition gouvernementale depuis un succès historique aux élections législatives de fin 2011, dans le contexte du Printemps arabe.


EGYPTE : 6 cargos de GNL attendus entre avril et septembre 2015 en provenance de l’Algérie

6 décembre 2014

Egypte

Afin de sortir de son souci énergétique notamment concernant le gaz naturel, l’Egypte regarde vers l’Algérie important producteur de gaz naturel au cœur du Maghreb qui fournira 6 cargos de gaz naturel liquéfié au cours de l’année 2015. Le 5 décembre 2014 au Caire capitale de la république arabe d’Egypte, le sujet a dominé les entretiens d’Youcef Yousfi,  ministre de l’énergie de l’Algérie avec Chérif Ismail,  ministre de l’énergie de l’Egypte dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la 7e session de la grande commission-mixte qui s’était tenue le 13 novembre 2014. L’Egypte fait face à une crise énergétique et aurait même une dette importante de près de 1,2 milliard de dollars auprès de BG Group plc, un des grands producteurs du gaz naturel en Egypte opérant sur l’ensemble de la chaine couvrant l’exploration, la mise en valeur et la production du GNL. En juillet 2014, Le Caire a obtenu de la banque mondiale un prêt de 500 millions de dollars pour financer un projet d’extension de l’accès au gaz naturel à 1,5 million de ménages égyptiens. L’Algérie,  enverra 6 cargos de GNL, écoule déjà une partie de son gaz naturel vers le marché européen et va devoir satisfaire un marché de plus. D’après la dynamique affichée ces derniers temps par son secteur d’hydrocarbures, l’Algérie est en passe d’augmenter légèrement sa capacité,  avec la mise en production prochaine de divers projets gaziers d’envergure. Ceci inclut le complexe gazier de Tiguentourine sur lequel Statoil et British Petroleum font leur retour timide après l’attaque terroriste de janvier 2013.