INDE/RUSSIE : Vers un contrat de l’ordre de 7 milliards de dollars dans l’armement

20 décembre 2015

IndeRussie

Narenda Modi, premier ministre de l’Inde est en  visite à Moscou capitale de la Russie. Ce déplacement  promet de s’avérer fructueux avec une « partenariat stratégique privilégié » que l’Inde et  la Russie  entretiennent depuis 10 annés. D’après les sources diplomatiques de Moscou et New Delhi, ce déplacement devrait déboucher sur un accord pour la construction d’une nouvelle centrale nucléaire de 6 réacteurs dans l’Andhra Pradesh, et de la signature de contrats d’armement pour plus de 7 milliards de dollars, notamment pour l’achat de systèmes antiaériens S-400 Triumph. Cette rencontre au sommet met aussi à mal la thèse d’une réorientation de l’Inde vers les USA et affirme New Delhi comme l’un des principaux partenaires de Moscou en Asie-Pacifique. Le sommet devrait  aboutir à la signature d’un accord technique sur la construction des 5e et 6e réacteurs de la centrale nucléaire de Kudankulam, ce qui permettrait de faire passer à 12 le nombre de réacteurs russes en Inde. De plus, la possibilité d’une production conjointe avec la Russie du combustible pour la centrale nucléaire acquiert une importance particulière. Le montant des contrats qui devraient être signés dans le secteur militaro-technique est évalué à plus de 7 milliards de dollars. Comme l’ont confirmé les hauts responsables de plusieurs entreprises de défense de Russie, l’Inde pourrait acquérir plus de 6 divisions de S-400 et devenir le deuxième acheteur étranger après la Chine. Les parties évoqueront l’achat de 2 sous-marins à propulsion diesel-électrique du projet 636 Varchavianka, 3 frégates du projet 11356 et 48 hélicoptères de transport militaire Mi-17V5. « Des négociations sont en cours pour l’achat de l’ordre de 150 véhicules de combat d’infanterie BMP-2K, ainsi que pour la modernisation du parc d’Il-78 et d’Il-76 de l’armée de l’air de l’Inde. Autre sujet évoqué  : la préparation de la signature d’un accord intergouvernemental sur la production conjointe en Inde de 200 hélicoptères polyvalents Ka-226T. Depuis plusieurs années, l’Inde est le principal importateur d’armement russe: en 2014 elle représentait 28% de tous les achats pour près de 5 milliards de dollars. L’éventail des armements achetés va des chasseurs polyvalents Su-30MKI et des MiG-29K/KUB embarqués aux lance-roquettes multiples 9K58 Smertch. De plus, la conception de l’avion FGFA de 5e génération est en cours et la fabrication sous licence des chars T-72 et T-90 a été lancée.


QATAR : Achat de 24 Rafale de Dassault

4 mai 2015

Qatar

Le Qatar devrait bénéficié d’avantages pour sa compagnie aérienne Qatar Airways. Arrivé lundi 4 mai 2015 à Doha capitale du Qatar, le président de la république française, François Hollande a fait le déplacement pour la signature d’un contrat de vente de 24 Rafale soit un contrat de l’ordre de 6,5 milliards d’euros et favoriser la création de 3 000 emplois en France. Ce contrat ne fait pas vraiment le bonheur de la compagnie aérienne Air France qui a de forte chance d’être perdante en raison des facilités accordées à la compagnie Qatar Airways qui a négocié la possibilité d’atterrir plus facilement en France.Transfert de technologies, pièces détachées à prix réduit, alliances militaires, etc. : les contrats d’armements incluent souvent de nombreuses clauses, négociées des mois durant et qui permettent de faire pencher la balance. En échange de l’achat de 24 Rafale, le Qatar a demandé à la France des avantages dans le secteur civil et non plus militaire. Selon nos informations, l’émir du Qatar aurait demandé à l’Elysée une faveur pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. Cette dernière ne dessert a ce jour que Paris Roissy Charles de Gaulle et souhaiterait pouvoir être présente à Nice et Lyon a raison de plusieurs vols par semaine.

 


QATAR : Achat auprès de la France de 24 Rafale de Dassault

30 avril 2015

Qatar

Le président de la république française, François Hollande en a recu la confirmation, mercredi 29 avril 2015, par Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, émir du Qatar. Doha passe une commande ferme pour 24 avions de combat Rafale à la France. Le contrat sera signé, lundi 4 mai 2015 à Doha, entre le Qatar et Dassault Aviation, le constructeur français, en présence du  président François Hollande et de Jean Yves Le Drian ministre de la défense de la France. Il porte sur l’acquisition d’armements modernes (missiles air-air longue portée Meteor, missiles de croisière Scalp et bombes guidées air-sol AASM) ainsi que sur la formation, dispensée par l’armée de l’air française à Mont de Marsan, de 36 pilotes Qatari et d’environ  100 mécaniciens spécialisés. François Hollande a salué « ce nouveau succès à l’exportation » du fleuron de l’armée de l’air française, après la première commande signée mi-février 2015 par la république arable d’Egypte, pour la livraison de 24 Rafale et la décision de l’Inde, le 10 avril 2015, de boucler un contrat portant sur l’acquisition de 36 appareils. « C’est le 3e succès commercial pour le Rafale. C’est un succès pour Dassault Aviation et les entreprises sous-traitantes. C’est une fierté pour la France, a déclaré François Hollande. « Nous sommes très heureux de cette décision des autorités du Qatar d’acheter 24 Rafale pour équiper son armée de l’air. Cette décision témoigne de la confiance que le Qatar place dans notre société », déclare Eric Trappier président directeur général  de Dassault Aviation. « A la suite du Mirage F1, de l’Alpha Jet et du Mirage 2000, le Rafale prolonge le partenariat historique qui associe le Qatar, la France et Dassault Aviation » a précisé Eric Trappier. Ce succès est dû « aux qualités opérationnelles du Rafale qui est très bon avion, polyvalent et au travail des autorités française qui animent la relation stratégique et à l’engagement des industriels qui gèrent la négociation commerciale. Chacun joue bien dans son compartiment du jeu et permet à l’équipe de gagner » ajoute le président directeur général Trappier soulignant que les qatari ont pris une option sur 12 appareils supplémentaires. « Il y a eu un bon interfaçage entre l’accompagnement opérationnel de l’armée de l’air Qatari et l’offre industrielle, chacun a tenu son rôle, d’après le cabinet du ministre Jean-Yves Le Drian.


OUZBEKISTAN : Berlin donne le feu vert à Airbus Helicopters pour livrer 14 appareils militaires

10 mars 2015

Ouzbekistan

Berlin, capitale de l’Allemagne a donné son feu vert à la livraison à Tachkent capitale de la république indépendante de l’Ouzbékistan de 8 Cougar et de 6 Fennec. L’Allemagne a bloqué durant plusieurs mois l’exportation de certains composants allemands non critiques,  équipant des systèmes optionnels non allemands. C’est une excellente  nouvelle pour le groupe Airbus Helicopters : l’Allemagne a  donné son agrément pour l’exportation d’hélicoptères militaires à l’Ouzbékistan.  Pour mémoire en octobre 2014  l’Allemagne réfléchissait à un éventuel blocage de livraisons d’hélicoptères d’Airbus Helicopters vers l’Ouzbékistan. Au cours d’une conférence en octobre 2014 sur la sécurité à Berlin, Tom Enders, président d’Airbus Group confirmait que Berlin bloquait la livraison de 14 hélicoptères militaires à l’Ouzbékistan. Ces hélicoptères, construits essentiellement en France, contiennent des pièces fabriquées en Allemagne et pour lesquelles le gouvernement n’a pas donné son agrément à l’exportation, bloquant ainsi leur livraison, avait déclaré le président Enders. Airbus Helicopters a déjà effectué une livraison d’appareils à Tachkent, notamment 2 à l’été 2014. Des hélicoptères qui n’étaient pas équipés de ces fameux composants allemands soumis à l’agrément de Berlin en vue d’une exportation. Mais Berlin a bloqué plusieurs livraisons d’armes françaises. L’Allemagne, a une politique de plus en plus restrictive en matière d’exportation sous l’impulsion de Sigmar Gabriel, ministre de l’économie de l’Allemagne, bloque et débloque depuis des mois plusieurs contrats passés entre la France et des pays tiers.  Comme un contrat de MBDA en cours d’exécution et la finalisation d’une commande de Renault Trucks Defense -RTD- au Liban. Le missilier avait été empêché par l’Allemagne de livrer depuis le début de l’année 2014 des missiles antichars Milan ER dans le cadre d’un programme en coopération vers un pays du Golfe. Berlin bloquait les postes de tir fabriqués en Allemagne. Berlin aurait refusé à Krauss-Maffei Wegmann -KMW-, qui va se rapprocher de Nexter, de vendre 50 Boxer à la Lituanie. L’Allemagne avait déjà interdit une vente de 200 Leopard A7 de KMW à l’Arabie Saoudite et avait laissé planer une interdiction pour la livraison de 62 Leopard et 24 PzH 2000  soit près de 2 milliard d’euros au Qatar.


EGYPTE : Le Caire achète 24 Rafale de Dassault à la France

13 février 2015

Egypte

La vente de 24 Rafale à la république arabe d’Égypte, entérinée rapidement  afin de répondre aux besoins urgents, tombe bien pour Dassault et la France qui décrochent leur premier contrat pour ce fleuron aéronautique « . Avec l’Égypte, ça s’est fait très rapidement », a indiqué François Hollande président de la république française « D’abord parce que l’Égypte voulait un avion de grande qualité » et « rapidement compte tenu des menaces qui existent autour de ce pays », en rappelant l’importance de la stabilité du Caire dans la région. Confrontée sur son flanc Est à des attaques de djihadistes liés au groupe état islamique -EI-, sur son flanc Ouest à la situation en Libye, Le Caire a besoin de disposer d’un avion de combat éprouvé. Le président Abdel Fattah al-Sissi a précisé à ses interlocuteurs français sa volonté d’aller vite. D’après le général Ahmed AbdelHalim, les forces armées de la république arabe d’Egypte  se doivent d’améliorer et diversifier leurs armements. Pour sa part Eric Trappier PDG de Dassault Aviation « Cette négociation a été très rapide, elle a débuté fin novembre 2014 ». Pour Dassault, cette première vente était très attendue afin d’assurer la cadence de la chaîne de production de l’appareil. Du côté de l’état français aussi, alors que le budget de la défense, qui comprend une longue liste de matériels à acquérir au profit des armées, est tendu et s’appuie sur la vente de l’appareil à l’exportation. L’avion, désormais éprouvé au combat, a fait ses preuves en opération, notamment en Libye en 2011, où il a été le premier à opérer au-dessus de Benghazi et de Tripoli, puis au Mali en 2013. A ce jour ce sont 9 Rafale qui sont engagés en Irak pour lutter contre l’EI. Eric Trappier pense que « cette vente à un grand pays arabe va faire boule de neige ». Parmi eux, le Qatar et les Émirats arabes unis, ou la Malaisie à plus long terme. Éric Trappier s’est  montré optimiste quant à la vente de 126 Rafale avec l’Inde, avec lequel Dassault est en négociations exclusives depuis 2012, mais dont la complexité retarde la conclusion. Le détail du contrat de 5,2 milliards d’euros avec l’Égypte n’a pas été dévoilé. Il comprend aussi une frégate FREMM fabriquée par le groupe naval DCNS et des missiles fabriqués par MBDA. La signature est prévue lundi 16 janvier 2015 au Caire en présence de Jean-Yves Le Drian ministre de la défense de la France, et les premières livraisons dès cette année, avec trois appareils prélevés sur les chaînes destinées à l’armée française, le reste étant prévu à partir de 2018.


INDE/RUSSIE : Création d’un projet à l’export d’un chasseur de 5e génération

10 janvier 2015

IndeRussie

L’Inde et la Russie viennent de terminer la création de la version à l’exportation du chasseur de 5e génération PAK-FA, a déclaré samedi 10 janvier 2015 à Moscou capitale de la Russie, Andrei Marchankine, directeur régional pour la coopération internationale du consortium aéronautique unifié -OAK- en précisant « Nous avons terminé, en coopération avec l’Inde, la mise en place de la version du PAK FA destinée à l’exportation, connue en Inde sous le nom de FGFA -fifth generation fighter aircraft-. Nous avons déjà des papiers techniques et comprenons quel travail il faudra réaliser à l’étape suivante et lors de la future production en série. Il est très difficile pour une seule personne de piloter un avion et de tirer en même temps sur l’ennemi dans les conditions dures de la guerre moderne. Pour le moment, l’Inde estime que sa version du chasseur de 5e génération sera biplace ». Pour mémoire l’armée de l’air de l’Inde souhaite des avions biplaces. La Russie conçoit une version du chasseur de 5e génération est un monoplace. Le PAK-FA -T-50- est un chasseur russe de 5e génération équipé d’un radar unique à balayage électronique actif. L’appareil possède une faible signature radar et thermique, une vitesse de croisière supersonique et un niveau élevé d’intégration des systèmes de commande. Conçu pour remplacer les MIG-29 et les Su-27 en service dans l’armée de la Russie, le T-50 rassemble les caractéristiques d’un avion de frappe et d’un chasseur classique. A ce jour  les Etats-Unis sont le seul a être équipé de chasseurs de 5e génération – F-22 et F-35.


INDE : Des chasseurs Su-30 MKI en remplacement des Rafales de Dassault ?

6 janvier 2015

Inde

L’Inde pourrait acquérir les chasseurs Su-30 MKI de Russie si la transaction concernant les chasseurs Rafale de Dassault de la France n’est pas entériné d’après le ministère de la défense de l’Inde.  Il y a 3 ans en janvier 2012  l’Inde a débuté des négociations exclusives avec Dassault Aviation pour équiper son armée de 126 avions Rafale pour un contrat évalué  à plus de 18 milliards d’euros, armements et soutien compris. Cette opération doit donner du travail à l’ensemble de la filière aéronautique militaire, soit de l’ordre de 500 PME travaillant pour le Rafale de Dassault. Le ministre de la défense de l’Inde  a déclaré que les négociations sont confrontées à des difficultés, les constructeurs français refusant de respecter les conditions posées par l’armée de l’air de l’Inde lors de l’appel d’offres. Toujours d’après le ministre, les SU-30MKI, construits par  Hindustan Aeronautics LTD -HAL- pourraient constituer un remplacement adéquat des Rafales. La France a indiqué qu’elle ne donnerait  pas l’autorisation de construire les Rafale en Inde par la HAL. La construction d’un Su-30MKI en Inde revient à près de 56 millions de dollars, soit 2 fois moins cher que le qu’un Rafale. Les chasseurs Su-30 constituent près d’1/3 de l’armée de l’air de l’Inde. En 2012, la Russie a conclu un contrat sur la livraison de 40 appareils Su-30MKI. En février 2014, 28 chasseurs ont déjà été livrés à l’Inde.