ITALIE : 300 euros d’amende pour un mégot jeter au sol !

26 décembre 2015

Les fumeurs n’ont qu’à se tenir à carreaux Les députés italiens ont voté cette semaine une série de mesures, instaurant notamment des amendes de 300 euros pour ceux qui jettent leur mégot par terre. Mais les fumeurs ne sont pas les seuls concernés par ce train de mesures, qui visent à améliorer la propreté dans les villes italiennes. Jeter son chewing-gum ou son gobelet de café sera puni d’une amende allant de 30 à 150 euros. Au total, quelque 79 nouvelles mesures destinées à réduire la pollution à travers l’Italie ont été adoptées. Les municipalités sont ainsi incitées à s’assurer qu’il y ait suffisamment de cendriers et de poubelles dans les lieux publics, comme les parcs. Le gouvernement de la république d’Italie investira 35 millions d’euros pour lutter contre la pollution atmosphérique qui empoisonne la vie des citadins. Il s’agira  d’améliorer l’offre en matière de transports publics et de pistes cyclables.Rome et de Turin ont annoncé la mise en place de systèmes de location de voitures sur le modèle d’Autolib’ : Blueroma à Rome et Bluetorino à Turin.


PORTUGAL : Le salaire minimum fixé à 530 euros

22 décembre 2015

Le salaire minimum au Portugal augmentera au 1er janvier 2016 de 25 euros, à 530 euros mensuels sur 14 mois, a annoncé le nouveau gouvernement socialiste,  malgré des négociations infructueuses avec les syndicats et le patronat. « Un accord formel n’a pu être trouvé » avec les partenaires sociaux mais « aucun ne s’est opposé à l’augmentation du salaire minimum à 530 euros » selon un communiqué du gouvernement. Cette mesure, qui figurait dans le programme socialiste, « bénéficiera à plus de 500.000 salariés », a précisé le gouvernement. La précédente augmentation du salaire minimum, à 505 euros, remontait à septembre 2014 et avait été assortie d’une contrepartie accordée aux employeurs, qui avaient vu les charges patronales sur les plus faibles salaires réduites de 0,75 %, à 23%. Le gouvernement socialiste, qui a succédé à la droite au terme des élections législatives d’octobre 2015 grâce au soutien inédit de la gauche radicale, prévoit la hausse du salaire minimum chaque année afin d’atteindre 600 euros en 2019. D’après l’exécutif socialiste, qui a annoncé une hausse des retraites et des allocations familiales, cette mesure est destinée à relever le pouvoir d’achat des portugais et à stimuler l’économie. La Banque du Portugal prévoit pour 2015 un taux de croissance de 1,6%. La commission européenne estime quant à elle que le PIB au Portugal progressera de 1,7% cette année.


ROUMANIE : Le groupe Carrefour veut faire l’acquisition de 86 supermarchés

21 décembre 2015

Roumanie

Carrefour tente sa chance en Roumanie. Le premier groupe de distribution français a déclaré  un projet d’acquisition de 86 supermarchés de Billa Roumanie auprès du groupe allemand Rewe. S’il est autorisé par les autorités de la concurrence, il permettra à Carrefour de venir  »le premier opérateur de supermarchés en Roumanie », d’après Carrefour. Le groupe, est resté discret sur le montant de la transaction, est présent en Roumanie depuis 2001 et y est propriétaire de 183 magasins, dont 29 hypermarchés, 100 supermarchés Market, 43 magasins de proximité Carrefour Express, 10 magasins de proximité Contact et un magasin en ligne. Leader de la distribution en Europe, Carrefour est aujourd’hui porté par le redémarrage en Italie et en Espagne. Ses ventes dans l’Hexagone ont augmenté de 1,6 % cette année. Georges Plassat président directeur général du groupe Carrefour déclarait début décembre 2015, que le groupe allait connaitre une fin d’année « correcte ». Le montant de l’acquisition projetée par Carrefour n’a pas encore été dévoilé. Billa Roumanie possède une surface de vente totale de 83.000 m². A l’intérieur de la marque Billa, elle n’est cependant pas le plus gros réseau. Lancé à l’origine en Bulgarie, Billa est aujourd’hui principalement présent en Autriche, où il dispose de plus de 1.000 magasins. Ce n’est pas la première fois que Carrefour s’attaque au réseau Billa. Le groupe avait racheté 53 supermarchés Ital en 2014


OUZBEKISTAN : 13 millions d’euros de contrat pour Feljas&Masson basée à Laval en France

8 décembre 2015

Ouzbekistan

Spécialisée dans la construction et la réhabilitation d’équipements de captage, pompage et traitement d’eaux, l’entreprise fait son entrée en Asie centrale et plus particulièrement dans la république indépendante de l’Ouzbékistan. Feljas & Masson vient de signer un contrat de 13 millions d’euros en Asie centrale. Fondée en 1962 à Laval et reprise en 2014  par Bernard de Champs, feljas & Masson poursuit sa stratégie de développement avec une ligne directrice inchangée : se positionner sur des appels d’offres internationaux, dans des pays où tout reste à faire, où les concurrents ne sont pas encore présents. En Ouzbékistan, l’entreprise de Laval, vient d’implanter une antenne, avec deux ouzbeks et deux expatriés français. Cette installation d’un établissement permanent fait suite à la signature de ce contrat, qui porte sur la réhabilitation de deux stations de pompage destinées à l’irrigation de champs de coton. Elle doit permettre de décrocher d’autres contrats, à fort potentiel. A ce jour on dénombre plus de 1 500 stations de ce genre. Implantée dans 5 pays étrangers, Feljas & Masson réalise un chiffre d’affaires annuel de 25 millions d’euros.


NORVEGE : Des investisseurs internationaux attaquent l’état en justice

27 avril 2015

Norvege

Un procès opposant un groupe d’investisseurs internationaux à l’état de la Norvège est à l’ordre du jour depuis ce lundi 27 avril 2015 à Oslo, concernant le réseau de gazoducs Gassled. Les investisseurs, notamment Allianz, UBS , le fonds souverain d’Abou Dhabi et 2 fonds de pension basés au Canada, rendent la Norvège responsable d’un manque à gagner de 15 milliards de couronnes norvégiennes soit environ 1,7 milliard d’euros d’ici à 2028. Un grand nombre des entreprises en procès ont participé à l’acquisition en 2011 de la participation de 24% dans Gassled détenue par la compagnie pétrolière publique Statoil pour 17 milliards de couronnes. Les plaignants, possèdent 45% de Gassled, et reprochent à la Norvège de les avoir lésés en baissant les tarifs d’utilisation du réseau de gazoducs. « Statoil a un intérêt dans l’affaire », a déclaré l’un des avocats des plaignants, Jan Jansen. « D’abord ils vendent leur participation et ensuite ils bénéficient du changement des tarifs. » L’état de la Norvège qui défendra devant le tribunal en mai 2015 et possède 45,8% de Gassled, rejette les accusations des investisseurs en affirmant qu’ils ont été bénéficiaires dans l’opération et que la baisse des tarifs était nécessaire pour préserver de nouveaux investissements dans la production en mer. A suivre…


SUEDE : Vers la fermeture des bureaux de BlackBerry ?

20 avril 2015

Blackberry, le célèbre fabriquant de Smartphones du Canada pense à la fermeture de ses bureaux en Suède. A la fin de l’année 2014 Blackberry embauchait environ 7 000 personnes. A suivre….


BULGARIE : Décès du prince héritier Kardam

17 avril 2015

Bulgarie

Le prince héritier Kardam de Bulgarie est décédé le 7 avril  2015 à Madrid capitale de l’Espagne. Soutenu jusqu’au bout par son épouse la princesse Miriam, il s’est éteint aux complications liées à son accident de la route, en 2008. Dans la sobre salle du funérarium de San Isidro, la reine Sophie enlace la reine Margarita. Selon un communiqué  « Le 7 avril à 11 h 30, à l’hôpital Sanchinarro de Madrid, est mort S.A.R. le prince Kardam de Bulgarie. Son décès est intervenu à la suite d’une infection pulmonaire liée à sa longue période de paralysie. Le prince Kardam a été victime d’un grave accident en 2008, dont il ne s’est jamais remis. Dans ses derniers instants, se tenaient à son côté le roi Siméon II et la reine Margarita, son épouse la princesse Miriam, le prince Konstantin-Assen et le prince Kyril, ainsi que d’autres membres de la famille. Que Dieu ait son âme. »  Le  8 avril, l’infante Elena et sa tante l’infante Margarita, Simoneta Gomez-Acebo, la fille de l’infante Pilar, la princesse Cristina de Bourbon-Siciles, mais aussi la grande-duchesse Maria de Russie ont tenu à assister aux funérailles.  Il faut aussi imaginer la profonde tristesse du roi Siméon de Bulgarie, qui perd un fils et le prince héritier du royaume. Les princes Kubrat, Konstantin-Asset et Kyril, frères de Kardam, sont là eux aussi, le visage impassible en dépit du chagrin. Leur sœur la princesse Kalina les rejoint, serrant la petite main de son jeune fils, le prince Siméon. À la douleur du deuil s’ajoute pour elle celle de n’avoir pu regagner Madrid à temps, au moment où Kardam rendait son dernier souffle.  C’est le souvenir d’un homme brillant, économiste formé aux États-Unis avant de faire carrière à Madrid, qui demeure dans les cœurs.   La présence de ses fils, le prince Boris et son frère Beltran, offre une lueur d’espoir. Agé de 17 ans, Boris, semble mesurer l’importance de l’instant. Le roi Siméon voit en ce jeune homme le nouveau prince héritier de Bulgarie. Celui à qui il incombera la double charge de représenter la noble famille, mais d’honorer la mémoire de son père chéri, qui lui manque tant.