ITALIE : 300 euros d’amende pour un mégot jeter au sol !

26 décembre 2015

Les fumeurs n’ont qu’à se tenir à carreaux Les députés italiens ont voté cette semaine une série de mesures, instaurant notamment des amendes de 300 euros pour ceux qui jettent leur mégot par terre. Mais les fumeurs ne sont pas les seuls concernés par ce train de mesures, qui visent à améliorer la propreté dans les villes italiennes. Jeter son chewing-gum ou son gobelet de café sera puni d’une amende allant de 30 à 150 euros. Au total, quelque 79 nouvelles mesures destinées à réduire la pollution à travers l’Italie ont été adoptées. Les municipalités sont ainsi incitées à s’assurer qu’il y ait suffisamment de cendriers et de poubelles dans les lieux publics, comme les parcs. Le gouvernement de la république d’Italie investira 35 millions d’euros pour lutter contre la pollution atmosphérique qui empoisonne la vie des citadins. Il s’agira  d’améliorer l’offre en matière de transports publics et de pistes cyclables.Rome et de Turin ont annoncé la mise en place de systèmes de location de voitures sur le modèle d’Autolib’ : Blueroma à Rome et Bluetorino à Turin.

Publicités

FRANCE : Le MUCEM à Marseille abritera à partir du 20 janvier 2016 « l’Algérie sous un autre angle »

22 décembre 2015

Algerie

Le musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – MUCEM-abritera du 20 janvier 2016 au 2 mai 2016 l’exposition Made In Algeria, Généalogie d’un territoire. Des tableaux, des dessins, des photos, mais également  des cartes dans un ensemble commun pour évoquer la représentation du territoire de l’Algérie par un regard et une politique vue de l’extérieur. Peintres, scientifiques, chercheurs et cartographes, tous ont, ensemble, participé à une oeuvre commune : l’imaginaire du territoire de l’Algérie. Dans l’invasion progressive des troupes françaises au cœur d’un territoire inconnu, les artisans de l’image forgent, à partir des normes de leur pays, une identité additionnelle, celles que l’on a essayé, en vain, d’imposer à l’Algérie. L’exposition défilera au rythme de l’avancée des artistes et cartographes en Algérie, dans un ordre chronologique donc, qui développe précisément la façon dont les français ont peu à peu découvert et pris possession d’un territoire paradoxalement peu exploré. Plus qu’une appropriation et  qu’une colonisation, il s’agit là d’une fabrication systématique : on définit les espaces, les frontières, on leur donne un nom, on s’y installe, tout est fondé en partant du principe qu’il n’y avait rien. Les cartes, les espaces vides, blancs, aux allures de désert, se remplissent petit à petit comme si, avant, il n’y avait rien ni personne En 1830, les Français débarquent à Sidi Ferruch, uniquement intéressés par le littorale et connaissent peu le reste du territoire. S’ensuit la conquête d’Alger, et, progressivement, au fur et à mesure de l’avancée de l’Armée d’Afrique, celle du territoire algérien et la création d’une imagerie, d’une cartographie, bref, d’une vision nouvelle d’un endroit inconnu. On renomme les lieux, on définit des frontières pour finalement créer une annexe, une expansion de la France elle-même.Divisée en 4 parties, l’exposition couvrira l’ensemble de la présence française en Algérie, de ses débuts pendant la Renaissance , à certaines œuvres d’art contemporain algérien en passant, surtout, par cette invasion française et la colonisation fulgurante du XIXe siècle. Pour la première fois, l’Algérie sera présentée sous un autre jour : celui d’une identité forgée pendant plus d’un siècle par l’autre, dans un processus d’appropriation et d’assimilation qui n’a jamais abouti : celui d’une Algérie contemporaine qu’il faut comprendre par rapport à son histoire profonde sans la réduire à une guerre dont on semble ne pas pouvoir la dissocier.


ROUMANIE : Le groupe Carrefour veut faire l’acquisition de 86 supermarchés

21 décembre 2015

Roumanie

Carrefour tente sa chance en Roumanie. Le premier groupe de distribution français a déclaré  un projet d’acquisition de 86 supermarchés de Billa Roumanie auprès du groupe allemand Rewe. S’il est autorisé par les autorités de la concurrence, il permettra à Carrefour de venir  »le premier opérateur de supermarchés en Roumanie », d’après Carrefour. Le groupe, est resté discret sur le montant de la transaction, est présent en Roumanie depuis 2001 et y est propriétaire de 183 magasins, dont 29 hypermarchés, 100 supermarchés Market, 43 magasins de proximité Carrefour Express, 10 magasins de proximité Contact et un magasin en ligne. Leader de la distribution en Europe, Carrefour est aujourd’hui porté par le redémarrage en Italie et en Espagne. Ses ventes dans l’Hexagone ont augmenté de 1,6 % cette année. Georges Plassat président directeur général du groupe Carrefour déclarait début décembre 2015, que le groupe allait connaitre une fin d’année « correcte ». Le montant de l’acquisition projetée par Carrefour n’a pas encore été dévoilé. Billa Roumanie possède une surface de vente totale de 83.000 m². A l’intérieur de la marque Billa, elle n’est cependant pas le plus gros réseau. Lancé à l’origine en Bulgarie, Billa est aujourd’hui principalement présent en Autriche, où il dispose de plus de 1.000 magasins. Ce n’est pas la première fois que Carrefour s’attaque au réseau Billa. Le groupe avait racheté 53 supermarchés Ital en 2014


OUZBEKISTAN : 13 millions d’euros de contrat pour Feljas&Masson basée à Laval en France

8 décembre 2015

Ouzbekistan

Spécialisée dans la construction et la réhabilitation d’équipements de captage, pompage et traitement d’eaux, l’entreprise fait son entrée en Asie centrale et plus particulièrement dans la république indépendante de l’Ouzbékistan. Feljas & Masson vient de signer un contrat de 13 millions d’euros en Asie centrale. Fondée en 1962 à Laval et reprise en 2014  par Bernard de Champs, feljas & Masson poursuit sa stratégie de développement avec une ligne directrice inchangée : se positionner sur des appels d’offres internationaux, dans des pays où tout reste à faire, où les concurrents ne sont pas encore présents. En Ouzbékistan, l’entreprise de Laval, vient d’implanter une antenne, avec deux ouzbeks et deux expatriés français. Cette installation d’un établissement permanent fait suite à la signature de ce contrat, qui porte sur la réhabilitation de deux stations de pompage destinées à l’irrigation de champs de coton. Elle doit permettre de décrocher d’autres contrats, à fort potentiel. A ce jour on dénombre plus de 1 500 stations de ce genre. Implantée dans 5 pays étrangers, Feljas & Masson réalise un chiffre d’affaires annuel de 25 millions d’euros.


QATAR : Achat de 24 Rafale de Dassault

4 mai 2015

Qatar

Le Qatar devrait bénéficié d’avantages pour sa compagnie aérienne Qatar Airways. Arrivé lundi 4 mai 2015 à Doha capitale du Qatar, le président de la république française, François Hollande a fait le déplacement pour la signature d’un contrat de vente de 24 Rafale soit un contrat de l’ordre de 6,5 milliards d’euros et favoriser la création de 3 000 emplois en France. Ce contrat ne fait pas vraiment le bonheur de la compagnie aérienne Air France qui a de forte chance d’être perdante en raison des facilités accordées à la compagnie Qatar Airways qui a négocié la possibilité d’atterrir plus facilement en France.Transfert de technologies, pièces détachées à prix réduit, alliances militaires, etc. : les contrats d’armements incluent souvent de nombreuses clauses, négociées des mois durant et qui permettent de faire pencher la balance. En échange de l’achat de 24 Rafale, le Qatar a demandé à la France des avantages dans le secteur civil et non plus militaire. Selon nos informations, l’émir du Qatar aurait demandé à l’Elysée une faveur pour sa compagnie aérienne, Qatar Airways. Cette dernière ne dessert a ce jour que Paris Roissy Charles de Gaulle et souhaiterait pouvoir être présente à Nice et Lyon a raison de plusieurs vols par semaine.

 


QATAR : Achat auprès de la France de 24 Rafale de Dassault

30 avril 2015

Qatar

Le président de la république française, François Hollande en a recu la confirmation, mercredi 29 avril 2015, par Cheikh Tamim ben Hamad al-Thani, émir du Qatar. Doha passe une commande ferme pour 24 avions de combat Rafale à la France. Le contrat sera signé, lundi 4 mai 2015 à Doha, entre le Qatar et Dassault Aviation, le constructeur français, en présence du  président François Hollande et de Jean Yves Le Drian ministre de la défense de la France. Il porte sur l’acquisition d’armements modernes (missiles air-air longue portée Meteor, missiles de croisière Scalp et bombes guidées air-sol AASM) ainsi que sur la formation, dispensée par l’armée de l’air française à Mont de Marsan, de 36 pilotes Qatari et d’environ  100 mécaniciens spécialisés. François Hollande a salué « ce nouveau succès à l’exportation » du fleuron de l’armée de l’air française, après la première commande signée mi-février 2015 par la république arable d’Egypte, pour la livraison de 24 Rafale et la décision de l’Inde, le 10 avril 2015, de boucler un contrat portant sur l’acquisition de 36 appareils. « C’est le 3e succès commercial pour le Rafale. C’est un succès pour Dassault Aviation et les entreprises sous-traitantes. C’est une fierté pour la France, a déclaré François Hollande. « Nous sommes très heureux de cette décision des autorités du Qatar d’acheter 24 Rafale pour équiper son armée de l’air. Cette décision témoigne de la confiance que le Qatar place dans notre société », déclare Eric Trappier président directeur général  de Dassault Aviation. « A la suite du Mirage F1, de l’Alpha Jet et du Mirage 2000, le Rafale prolonge le partenariat historique qui associe le Qatar, la France et Dassault Aviation » a précisé Eric Trappier. Ce succès est dû « aux qualités opérationnelles du Rafale qui est très bon avion, polyvalent et au travail des autorités française qui animent la relation stratégique et à l’engagement des industriels qui gèrent la négociation commerciale. Chacun joue bien dans son compartiment du jeu et permet à l’équipe de gagner » ajoute le président directeur général Trappier soulignant que les qatari ont pris une option sur 12 appareils supplémentaires. « Il y a eu un bon interfaçage entre l’accompagnement opérationnel de l’armée de l’air Qatari et l’offre industrielle, chacun a tenu son rôle, d’après le cabinet du ministre Jean-Yves Le Drian.


OUZBEKISTAN : Berlin donne le feu vert à Airbus Helicopters pour livrer 14 appareils militaires

10 mars 2015

Ouzbekistan

Berlin, capitale de l’Allemagne a donné son feu vert à la livraison à Tachkent capitale de la république indépendante de l’Ouzbékistan de 8 Cougar et de 6 Fennec. L’Allemagne a bloqué durant plusieurs mois l’exportation de certains composants allemands non critiques,  équipant des systèmes optionnels non allemands. C’est une excellente  nouvelle pour le groupe Airbus Helicopters : l’Allemagne a  donné son agrément pour l’exportation d’hélicoptères militaires à l’Ouzbékistan.  Pour mémoire en octobre 2014  l’Allemagne réfléchissait à un éventuel blocage de livraisons d’hélicoptères d’Airbus Helicopters vers l’Ouzbékistan. Au cours d’une conférence en octobre 2014 sur la sécurité à Berlin, Tom Enders, président d’Airbus Group confirmait que Berlin bloquait la livraison de 14 hélicoptères militaires à l’Ouzbékistan. Ces hélicoptères, construits essentiellement en France, contiennent des pièces fabriquées en Allemagne et pour lesquelles le gouvernement n’a pas donné son agrément à l’exportation, bloquant ainsi leur livraison, avait déclaré le président Enders. Airbus Helicopters a déjà effectué une livraison d’appareils à Tachkent, notamment 2 à l’été 2014. Des hélicoptères qui n’étaient pas équipés de ces fameux composants allemands soumis à l’agrément de Berlin en vue d’une exportation. Mais Berlin a bloqué plusieurs livraisons d’armes françaises. L’Allemagne, a une politique de plus en plus restrictive en matière d’exportation sous l’impulsion de Sigmar Gabriel, ministre de l’économie de l’Allemagne, bloque et débloque depuis des mois plusieurs contrats passés entre la France et des pays tiers.  Comme un contrat de MBDA en cours d’exécution et la finalisation d’une commande de Renault Trucks Defense -RTD- au Liban. Le missilier avait été empêché par l’Allemagne de livrer depuis le début de l’année 2014 des missiles antichars Milan ER dans le cadre d’un programme en coopération vers un pays du Golfe. Berlin bloquait les postes de tir fabriqués en Allemagne. Berlin aurait refusé à Krauss-Maffei Wegmann -KMW-, qui va se rapprocher de Nexter, de vendre 50 Boxer à la Lituanie. L’Allemagne avait déjà interdit une vente de 200 Leopard A7 de KMW à l’Arabie Saoudite et avait laissé planer une interdiction pour la livraison de 62 Leopard et 24 PzH 2000  soit près de 2 milliard d’euros au Qatar.